in , , ,

Top 18 des expressions de beauf à réhabiliter, la poésie des vrais bonhommes

21' trends | top 18 des expressions de beauf à réhabiliter, la poésie des vrais bonhommes | expressions de beauf |

Les expressions sont souvent sujettes de critiques, de moqueries et généralement abandonnées. Néanmoins, elles demeurent toutes des expressions intéressantes à tel point qu’il en faut la peine pour s’en servir. Si vous avez le désir de vous exprimer en parlant beauf, alors nous vous invitons à suivre ce guide afin d’en savoir davantage.

J’ai les dents du fond qui baignent

Il s’agit d’une phrase très pensée qui peut être interprétée de différentes manières. En premier cette expression peut avoir le sens de « envie de vomir ». Secundo, elle peut prendre la forme de « avoir trop manger ». Quel que soit l’état dans lequel vous êtes, elle exprime un malaise.

Je vais mettre la viande dans le torchon

Cette phrase veut tout simplement dire « au lit ». Il s’agit d’une expression qui fait allusion d’aller dormir ou de faire dormir quelqu’un. Ici, la viande est le corps de l’homme ou l’individu en personne et le torchon n’est rien d’autre que le lit. Ceci étant, cette expression est plus connue sous la forme poétique « rejoindre les bras de Morphée ».

Je vais couler un bronze

Cette expression a été utilisée depuis les années 1950. Qui parle de l’œil de bronze parle de l’anus. De ce fait, le bronze évoque aux déjections. Ainsi, « je vais couler un bronze » signifie avoir l’envie d’évacuer ces déjections.

Y’a pas à tortiller du cul pour chier droit

Cette locution peut être traduite sous plusieurs versions. La première version signifie : qu’il ne faut pas se compliquer les choses. La deuxième version quant à elle veut dire : qu’il ne faut plus douter, il faut arrêter une décision.

Il se mouche pas du coude celui-là

Cette expression selon les contextes peut être traduite de différentes manières. Sous une forme ironique, elle signifie : ne pas être naïf, faire preuve d’intelligence ou d’habileté. Par extension on parlera de : se croire plus important ou ne pas être modeste.

J’ai le cigare au bord des lèvres

Au sens figuré, « avoir le cigare au bord des lèvres » signifie avoir une envie pressant d’évacuer les déchets de son corps. Dans un autre contexte, on parle de : « je m’absente un instant, pour une urgence ».

Je vais lui casser les pattes arrières

« Je vais lui casser les pattes arrières » est une bonne expression qui signifie avoir envie de démontrer à une personne tout l’amour qu’on lui porte.

Y’a les Anglais qui débarquent

L’origine de cette expression provient de la bataille de Waterloo où les combattants de l’empereur étaient tous vertus du rouge. D’où l’expression s’utilise quand une femme est en menstrues.

T’as chié dans la colle, mon gars

Au sens familier, « t’as chié dans la colle, mon gars » signifie avoir commis une erreur ou avoir engendré un problème. En d’autres termes, elle signifie : aller trop loin. Elle est souvent utilisée sur un ton de critique.

Il a le cul bordé de nouille celui-là

Cette expression est d’une finesse totale. Elle signifie avoir abondamment de chance ou être amplement chanceux. Elle signifie également : avoir du bol ou du cul.

Y’a une couille dans le potage

Cette expression provient probablement de la Vendée. Ceci étant, « avoir une couille dans le potage » signifie avoir un problème qui n’a pas été constaté. Dans d’autres contextes, elle fait référence à un problème de grande envergure.

Comme mes couilles lui, toujours entre mes pattes

Cette expression fait référence à une personne gentille mais qui reste collée à son prochain. En résumé, l’expression « comme mes couilles lui, toujours entre mes pattes » signifie être gentil, malgré cela collant.

A la bonne franquette, hein !

Cette expression est apparue au XVIIIème siècle et signifie simplement, sans problème ou complication, comme à la maison. Par ailleurs le mot franquette provient de franc. Pendant le XVIIème siècle, l’expression à la franquette est traduite par « en toute franchise ».

Dans un autre contexte, elle signifie, « désolé, la gouvernante est en vacance ».

C’est à se taper le cul par terre

Au sens figuré, « à se taper le cul par terre » signifie être drôle. Par contre dans d’autres contextes, cette même expression apprécier un repas de quelqu’un.

Baisse ta culotte, c’est moi qui pilote

L’expression « baisse ta culotte, c’est moi qui gère » peut, être traduite sous plusieurs versions. La première marque une personne qui a un tempérament dominateur. Une personne qui aime avoir le contrôle de tout.

Dans une autre version, cette expression signifie : « laisse-moi faire, je dirige ».

Tu vas pas nous chier un sablier

Comment une personne peut chier un sablier. Bref, l’expression « tu vas pas nous chier un sablier » signifie dans un premier temps ne pas importuner, agacer, ou répéter inlassablement les mêmes désillusions. Dans un second temps, elle signifie d’arrêter d’amplifier une situation.

T’as une trichine dans le jambonneau

Il s’agit d’une expression française apparue au XIXème siècle. « Avoir une trichine dans le jambonneau » signifie être un fou ou maniaque.

J’me suis cassé la margoulette

La margoulette faisait référence à la bouche ou à la mâchoire. Mais dans ce contexte, elle fait référence à une personne. D’où l’expression « se casser la margoulette » signifie chuter en se faisant mal ou tomber malencontreusement.

Voici notre top 18 des expressions de beauf, faites-en bon usage !

Report

Qu'en pensez-vous ?

743 Points
Upvote Downvote

Écrit par 21' Trends

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

21' trends | top 10 des cartes insolites sur la prononciation du français en fonction des régions épisode 2 | expressions de beauf |

Top 10 des cartes insolites sur la prononciation du français en fonction des régions épisode 2

21' trends | top 10 des prénoms qui ont été autorisés par l’etat civil, c’est chaud | expressions de beauf |

Top 10 des prénoms qui ont été autorisés par l’Etat Civil, c’est chaud